Les rubriques

• Amour, sexualité
• Développement de soi
• Rompre la dépendance
• Grandes questions
• Mort et au-delà
• Religions
• Paranormal
• Dieu
• Jésus
• Bible et Evangiles
• Histoires de vie
• Parcours interactifs


NOUVEAU SITE

Découvrez le message de l'Evangile en vidéos sur atoi2voirDIEU
L\'art d\'être parent - L\'enjeu des 6 premières années

Ce livre est une réflexion saine sur la relation avec un nouveau-né, un nourrisson et l'enfant en rapport avec son développement affectif, social et intellectuel. Ecrit par une psychologue, conseillère pour le site atoi2voir.com.
>voir les détails


DECOUVRIR

> Croire et Vivre

un magazine de qualité
sur la vie et la spiritualité

A VOIR !

> Cmavie.tv

Site de bien être et santé en vidéo

> Zemag
.
"Dieu existe, des témoins parlent"
Vous êtes ici : Les rubriques > Rompre la dépendance


Imprimer l'article  Suggérer l'article à un ami
Cannabis : en fumer est-il un acte banal ou pas ?
par Estelle O., Psychologue à "drogues info-services"

Plan :
1. Pourquoi est-ce que je fume du cannabis ? (ci-dessous)

2. Y a t-il des dangers à prendre du cannabis ?
3. Où trouver de l'aide ?


« Le "joint" de cannabis est le premier produit illicite consommé dans notre société, au point qu'on ne sait plus si le cannabis est légal ou pas ». L'idée la plus répandue consiste à croire que fumer du cannabis est sans danger puisque c'est un acte qui tend à se banaliser au sens où beaucoup le pratiquent.

Pourtant, l'usage répandu du tabac nous montre que ni la légalisation ni la banalisation d'un produit ne peuvent faire l'économie de la question des risques. Fumer régulièrement sur plusieurs années peut tuer. En tant que consommateur de substances « banalisées », je suis conduit à affronter certaines questions relatives à l'usage que je fais et ce pour toutes les drogues, qu'elles soient licites ou non : « Où j'en suis ? Suis-je en train de développer une dépendance ? Ma consommation est-elle en train de me nuire ? »

Pourquoi est-ce que je prends du cannabis ?

Il y a beaucoup de consommateurs de cannabis et tous ne sont pas dépendants de ce produit. Certaines personnes n'ont pas de soucis de santé avec ce produit car elles en consomment peu et de temps en temps, souvent dans un cadre festif. Le cannabis ne les fragilise pas au niveau psychologique. Il n'a donc pas d'incidence sur leur vie sociale, affective, scolaire ou professionnelle. Il faut reconnaître cet état de fait. Mais c'est bien cela en même temps qui est trompeur et séducteur avec le cannabis.

D'autres consommateurs, même occasionnels, voire « découvreurs », perdent au contraire pied avec la réalité et ont besoin de soins psychiatriques, d'autant plus s'ils sont « fragiles » et que le cannabis est fortement dosé. Comment savoir l'effet que le produit va avoir sur moi, même dès la première fois ?

De plus, ne pas rencontrer de problèmes particuliers avec un produit peut parfois nous faire oublier ses aspects plus « dérangeants ». On se réfugie derrière une pratique de groupe et l'on évite en fait de se « regarder faire » avec le produit. Certaines personnes ne rencontrent pas de problèmes avec la loi, ni avec leurs poumons, ni au niveau scolaire, mais elles ne font pas le point sur là où elles en sont. Elles font « comme tout le monde ». Mais peut-être sont-elles en train de nouer une relation toute spéciale avec le « joint ». Plus qu'un « élément festif », il devient alors un « compagnon, un soutien, un anti-dépresseur ». Celui-ci commence à prendre une place spéciale de façon insidieuse.

En tant qu'humain « faire comme tout le monde », se fondre dans le groupe, s'identifier à des modes, est un comportement qui fait partie du quotidien. À certains égards, s'appuyer sur une pratique groupale peut être rassurant et bien fonctionner. Cela ne doit pas nous priver d'une petite introspection personnelle. Si l'on ose se regarder, s'examiner, l'on va peut-être découvrir une relation inattendue au produit et affronter des réflexions profondes, des questions qui touchent à notre humanité, voire à des difficultés personnelles. Les consommateurs occasionnels prennent malgré tout le risque de développer une dépendance, voire de vivre l'effet inverse de celui attendu.

Voilà ce que m'ont dit des consommateurs :
« Je me réfugie derrière la consommation du groupe d'amis, mais finalement ce produit me sert à autre chose que faire la fête, je crois que je veux oublier... » 
« Au fond de moi il y a une tristesse et ce produit me permet de ne pas la ressentir » 
« Plus rien ne m'intéresse en ce moment... Je ne vais plus en cours, je n'ai plus d'objectifs pour ma vie... » 
« Je fais ça pour faire comme les autres, c'est un moyen d'intégration, tous les copains le font. S'il n'y a plus ça dans le groupe, que fera-t-on ensemble ? » 
« Je suis plus angoissée qu'avant, alors j'augmente ma consommation, mais ça commence à plus trop faire d'effet, du coup je bois avec... » 
« Je m'invente une atmosphère, une façon d'être, un rapport au monde plus « cool », c'est mon identité, un mode de vie » 
« C'est ma façon d'envoyer paître le monde... »

Oui, il est possible de développer une dépendance à ce produit, de passer d'un usage occasionnel à un usage régulier... Et de faire du cannabis un refuge enfermant.
De plus, élément important : tous les consommateurs restent « hors la loi ». Cette question n'est pas à évincer même si beaucoup pensent qu'il y a une tolérance de la part de la Police. Elle renvoie à nos convictions, aux principes de vies que nous pouvons avoir, à notre inscription dans la société. Être arrêté avec du cannabis n'est pas sans conséquence car cela peut entraîner des poursuites pour usage, détention et transport ainsi que l'inscription sur notre casier judiciaire de tous ces éléments (ce qui peut par exemple, barrer la route à une vie professionnelle lors de l'embauche).


> Suite :
Y a t-il des dangers à prendre du cannabis ?
> Où trouver de l'aide ?


> Tous les articles sur "la dépendance"











 





 

Retour haut de page
Copyright © 2014 atoi2voir.com - Agapé France, tous droits réservés | Mentions légales