Jésus, modèle d’homme parfait

Jésus, modèle d’homme parfait
Share Button

Jésus n’était pas un faible ni un doux idéaliste. C’était un homme, un vrai, un exemple pour nous les hommes.

Les caractéristiques viriles de Jésus

Jésus : un bébé resté dans sa crèche à Noël ? Un doux penseur idéaliste ? En réalité, une lecture attentive de sa biographie (les Evangiles), nous révèle qu’il était d’abord un homme, un vrai : un mâle viril qui ne se laissait pas marcher sur les pieds.

Fils de charpentier, ayant lui-même exercé ce métier, il n’était certes pas beau gosse (1), mais il était bien bâti. Il pouvait se défendre physiquement sans problème, même si toute sa vie durant il a choisi la non-violence pour réponse. C’était un choix courageux et volontaire de sa part, non une faiblesse de lâche.

La foule était «frappée de sa doctrine; car il parlait avec autorité» (2). Aux accusations nombreuses et perfides dont il faisait l’objet, il rétorquait avec un à propos et une fermeté exemplaires, qui clouaient le bec de ses adversaires :«ils ne purent rien reprendre à ses paroles»(3). Et il en eut, toute sa vie, des ennemis ! Ils ont tentés plusieurs fois de le ridiculiser, de l’accuser des pires travers, ou tout simplement de le tuer. Mais Jésus ne se cachait pas. Lui-même combattait verbalement ses détracteurs, dénonçant leur hypocrisie et leur fourberie. Il émanait de lui une force intérieure qui pétrifia les soldats venus l’arrêter : «Jésus leur dit : qui cherchez-vous ? Ils lui répondirent : Jésus de Nazareth. Jésus leur dit : c’est moi…A ces mots, ils reculèrent et tombèrent à terre» (4).

Il avait une confiance en lui inébranlable, parce qu’il savait qui il était : «tous dirent : tu es donc le Fils de Dieu ? Il leur répondit : vous le dites, je le suis» (5). Il savait qu’il n’avait fait aucun mal, dit aucun mensonge, cherché à tromper personne : « qui de vous me convaincra de péché ?» (6). Il appelait à la justice, à l’égalité, au bien de l’autre. Il avait une vision claire et belle de ce que devait être la société humaine et il était en lutte contre toutes les formes de malhonnêteté. Il ne faisait aucun compromis avec le mal, comme lorsqu’il se mit en colère et chassa avec autorité les marchands qui exploitaient la religion pour se faire de l’argent.

Jésus était résistant au mal ; «homme de douleur et habitué à la souffrance» (7), il n’a pas eu peur de perdre sa vie, afin ne pas renier son intégrité, son message et sa mission.

Conscient de ses valeurs et du projet qui l’animait, il fut responsable de disciples, les enseignant, leur apprenant à suivre son exemple. Anticipant sa fin, il montra son sens des responsabilités jusqu’à établir un conseil de successeurs, pour que son oeuvre se perpétue après lui.

Jésus se faisait appeler Seigneur (8) et ne refusait pas les signes d’admiration qui lui étaient portés (9). Cependant, contrairement à beaucoup de leaders, cette attitude ne provient pas chez lui d’un sentiment de supériorité. Sa virilité est équilibrée par une humilité exemplaire. Il n’a de cesse de combattre la propension à l’orgueil chez ses disciples : «quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux» (10). Jésus ne disait pas seulement : «le plus grand parmi vous sera votre serviteur» (11); il montrait l’exemple, comme lorsqu’il lava les pieds de ses disciples (c’était les esclaves de l’époque qui faisaient cela pour leur maître).

En réalité, quand Jésus dit qu’il est égal à Dieu, il ne se prend pas pour Dieu : il ne fait que révéler sa vraie nature. Jésus est tout simplement Dieu fait homme, Dieu incarné en homme, ayant pris corps pour être comme nous (voir le dossier : Jésus est-il Dieu ?). Ce faisant, Il nous montre ce qu’est son idée de l’homme vrai, de l’homme viril.

L’amour de Jésus

Plus connus du grand public, son amour et sa douceur n’ont jamais été égalés. Jésus est l’amour incarné ; il comprend chaque personne, chaque situation, ne juge jamais, ne condamne jamais. Il accueille toujours, ne rejette pas. Il pardonne, fait grâce, tend ses mains vers l’autre, quel(le) qu’il soit, envers et contre tous. En sa présence, on se sent aimé, on est rassuré, en sécurité. On n’a pas peur de s’ouvrir ni même d’avouer ses pires turpitudes : rien ne le choque, il ne renvoie que son sourire, sa compassion et ses conseils de sagesse.

Mais peu de gens savent que ce même Jésus qui a vécu il y a 2000 ans, est toujours vivant aujourd’hui. C’est la bonne nouvelle du message chrétien, que ses apôtres, puis toute l’Eglise n’ont cessé d’annoncer au monde. Nous pouvons lui parler et l’entendre nous répondre. Il t’aime toi, pour qui tu es et ne désire qu’une chose : c’est que tu puisses le rencontrer et recevoir son amour. Si Jésus est l’amour parfait et qu’il est toujours vivant, c’est parce qu’il est Dieu fait homme, Dieu vainqueur de notre mort, ressuscité et triomphant.

As-tu envie de découvrir ce Jésus divin ?


Pour en savoir plus :
Mode d’emploi pour croire en Dieu, rencontrer Dieu


notes :
(1) Livre du prophète Esaïe ch.53 v.2
(2) Evangile de Luc ch.4 v.32
(3) Evangile de Luc ch.20 v.26
(4) Evangile de Jean ch.18 v.6
(5) Evangile de Luc ch.22 v.71
(6) Evangile de Jean ch.8 v.46
(7) Livre du prophète Esaïe ch.53 v.3
(8) Evangile de Jean ch.13 v.13
(9) Evangile de Luc ch.19 v.36-40
(10) Evangile de Matthieu ch.18 v.4
(11) Evangile de Matthieu ch.23 v.11

Share Button
Etre un homme viril

C’est quoi être un homme, un vrai ?

Etre un homme viril

Développer ses qualités viriles

Etre un homme viril

L’humilité : qualité en or du vrai homme

Etre un homme viril

Développer ses qualités « féminines »

Mentions Légales — Copyright 2017 - Furious creation