Demander pardon

Demander pardon
Share Button

Pourquoi est-ce si difficile de demander pardon ? Comment demander pardon ? Y arriver ? Une psychologue nous renseigne.

Demander pardon : pourquoi est-ce difficile ?

J’ai offensé une personne; j’aurais envie de fuir, ou alors de faire comme si de rien n’était. Réaliser que j’ai fait une faute m’est difficile. L’admettre à l’offensé en lui demandant pardon l’est encore plus. Pourquoi ?

D’abord, reconnaître que j’ai eu tort me met face à mon imperfection, ma faiblesse face à la tentation du mal. Fini pour moi les rêves de toute-puissance et de parcours sans faute. Me voilà ramené(e) à ma condition d’être humain, avec ses bons mais aussi ses mauvais côtés. Mon image de moi se trouve entachée par la réalisation de ma faute. Peut-être suis-je moins génial(e) que ce que je le souhaitais ?!

Ensuite, si je demande pardon, si j’admets ma faute, l’autre ne va-t-il pas me déconsidérer, me rejeter, même ? L’autre ne va-t-il pas profiter de cet aveu de faiblesse pour utiliser la situation et m’abaisser davantage ?

Pourquoi demander pardon ?

Une première raison, c’est de le faire par respect de moi-même. Je veux agir d’une manière responsable et constructive. Mes actes m’appartiennent et je veux les assumer. C’est ainsi que je serai pleinement « installée » en moi-même.

Une deuxième raison est le respect de l’autre. Je lui ai fait du tort; il a droit au respect et cela implique que je lui fasse justice en admettant que j’ai fauté contre lui (ce que la Bible appelle “péché”). Cet aveu sera peut-être source de guérison pour lui.

Une troisième raison pour demander pardon, c’est d’ouvrir une voie à la réconciliation. Jésus a dit : « Si au moment de présenter ton offrande devant l’autel, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel et va d’abord te réconcilier avec ton frère; puis tu reviendras présenter ton offrande. »(Evangile de Matthieu, ch5, v23-24).

Dans l’optique de Dieu, que j’aille me réconcilier avec celui que j’ai offensé est plus important que tout, même que ma pratique religieuse (si je suis croyant). C’est, en fait, une mise en pratique de ma foi dans le contexte relationnel… et cela passe avant même la prière !

Qu’est-ce qui peut m’aider à aller vers l’autre ?

Pour que ma demande de pardon soit sincère, elle doit être précise et basée sur des faits pour lesquels je reconnais mes torts. Je ne vais pas dire : « Je te demande pardon si je t’ai blessé ». Non. Quand je dis cela, je n’admets aucune faute et je ne rétablis en rien une quelconque justice. Je dois être précis(e), prendre conscience de ma faute et l’énoncer clairement : « A telle occasion, j’ai fait telle chose. C’était méchant et injuste de ma part. Je t’en demande pardon ».

Parfois, il pourra arriver que je blesse ou contrarie quelqu’un, simplement parce qu’on a des goûts, des avis, des besoins différents, et que ma façon d’être a pu le heurter. Dans cette situation, je vérifierai si j’ai ou non commis une faute. Pour avoir un repère, je me référerai aux dix commandements. Si je n’en ai transgressé aucun, j’irai vers l’autre et je lui dirai : « Je suis désolée, je n’avais pas l’intention de te blesser. On a simplement des points de vue différents. » mais je ne lui demanderai pas pardon car il n’y a pas faute.

Demander pardon règle-t-il tout ?

Non. En fait, il reste la question de la justice. Toute faute mérite sanction. Je le sais bien lorsque quelqu’un me fait du tort et que tout en moi crie : « Ce n’est pas juste ! ça mérite réparation ! ». Mais comment réparer lorsque c’est moi l’offenseur ? Il y a certains actes possibles – rendre ce que j’ai volé par exemple. Mais comment vais-je réparer l’impact d’une parole envoyée comme un poignard, sur un coup de colère ?

Le péché (faire le mal), c’est grave ! « Le salaire du péché, c’est la mort » nous dit l’apôtre Paul. Heureusement, il continue sa phrase « mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en union avec Jésus-Christ notre Seigneur »(épître aux Romains ch6 v23). La dette que nous devions à la justice – la mort – Jésus l’a payée à notre place. « Le Christ lui-même a souffert la mort pour les péchés, une fois pour toutes. Lui, l’innocent, il est mort pour des coupables, afin de vous conduire à Dieu. » (1ère épître de Pierre ch 3 v18)

La demande de pardon nous conduit donc jusqu’à Dieu. Il est le seul qui puisse m’enlever ma culpabilité (voir : Culpabilité : comment s’en défaire ?). Avec lui aussi, la relation peut être restaurée !


Pour en savoir plus sur la foi chrétienne:

Mode d’emploi pour croire en Dieu, rencontrer Dieu

Share Button
Le pardon

Comment pardonner en 5 étapes

Le pardon

J’ai pardonné à mon père qui a essayé de me tuer

Le pardon

Culpabilité, honte : comment s’en défaire ?

Le pardon

Pardon et colère

Mentions Légales — Copyright 2017 - Sevenside creation