J’ai pardonné à mon père qui a essayé de me tuer

J’ai pardonné à mon père qui a essayé de me tuer
Share Button

Peut-on tout pardonner ? Jean-Pierre témoigne comment il a réussi à pardonner à son père qui lui avait tiré dessus à bout portant…

J’ai grandi dans une famille dite « à problème » : mes parents étaient alcooliques et mon père était très violent. J’ai été un enfant battu. J’ai grandi avec une peur extrême de mon père. A l’âge de 13 ans c’est moi qui ai découvert ma mère morte : elle s’était suicidée. Je me suis donc retrouvé tout seul avec mon Père, la personne qui me faisait le plus peur au monde !

Mon père m’a fait grandir, en plus des coups, dans la culpabilité : il me disait que si ma mère s’était donné la mort, c’était à cause de moi. J’avais une telle peur de mon père que je me suis mis à pratiquer le karaté pour apprendre à me défendre et très vite ce sport est devenu un exutoire. J’étais doué et j’aimais cela. Mon père, lui, ne cessait de dire que j’étais un bon à rien et qu’il valait mieux qu’il me tue pour débarrasser le monde de ma personne inutile.

Quand j’ai eu 18 ans, après une très violente altercation avec mon père, celui-ci me tira dessus avec un fusil de chasse, à bout portant dans la poitrine. Je me suis retrouvé entre la vie et la mort pendant plusieurs jours. Lui a été en prison. Les chirurgiens ne pensaient pas que je pourrais survivre à ces blessures…

Ma vie n’avait plus de sens. J’étais anéanti physiquement et psychologiquement. Pourquoi mon père avait-il fait ce geste ? Même si nous étions malheureux, comment pouvait-on tirer sur son fils ? Une immense colère et une haine émergea de mon cœur envers mon père. Pourrais-je un jour lui pardonner ?

Quelques mois après, j’ai rencontré pour la première fois un chrétien qui m’a parlé de l’amour de Dieu et m’a dit : « Dieu t’aime Jean-Pierre ! ». A ces mots une colère monta en moi : je voulais lui “péter la gueule”! Je lui ai dit : « Dieu m’aime ? Alors pourquoi j’ai été un enfant battu avec des parents alcooliques ? Pourquoi j’ai retrouvé le corps de ma mère sans vie ? Pourquoi il y a quelques mois, mon père m’a tiré dessus ? Pourquoi je ne peux plus être un sportif de haut niveau ? Si c’est ça l’amour de Dieu, je n’en ai pas besoin !». Je m’attendais à une réaction défensive de la part de cette personne mais au lieu de cela, il s’est mis à pleurer. Je voyais qu’il était profondément bouleversé par ce qu’il venait d’entendre. « Je comprends que tu sois en colère vis-à-vis de Dieu» m’a-t-il dit.

Cela m’a bouleversé ! Sa réaction me montrait qu’il s’intéressait réellement à moi et qu’il ne cherchait pas à me vendre un dieu, juste par idéologie. Puis, pendant l’été j’ai fait la rencontre d’une famille qui m’a beaucoup interpellé sur sa façon de vivre et de se témoigner de l’amour au quotidien. Je trouvais ces gens “bizarres” et je ne pouvais pas croire que de telles personnes pouvaient exister ! Nous avons fait connaissance et il se trouvait que l’homme était pasteur. «ça tombe bien que vous soyez pasteur parce que j’ai plein de question à vous poser sur Dieu! », lui ai-je dit. Le pasteur m’a alors parlé du fait que Jésus avait donné sa vie sur une croix pour me sauver, pour que Dieu devienne mon Père, pour m’aider à guérir de mes souffrances, et que j’ai la vie éternelle avec lui ! Je trouvais cette histoire magnifique et ça me touchait au plus profond de mon moi.

Jésus m’apportait le pardon de Dieu, mais qu’avais-je à me faire pardonner ? Pourquoi Jésus devait mourir pour quelqu’un comme moi ? Je ne suis pas une personne si mauvaise et en plus je suis une victime de la vie ; je n’ai rien demandé et j’ai souffert toutes ces injustices ! Le pasteur me regarda puis il me dit « un jour Jean-Pierre, tu comprendras pourquoi tu as besoin d’être pardonné et qu’est-ce que le péché dans ton cœur ». C’est en regardant le film «Jésus» que j’ai pris la pleine mesure de qui était Dieu, qui était Jésus et qui j’étais moi… Je comprenais que je n’étais pas uniquement une victime mais que moi-même j’avais commis d’horribles choses envers tant de gens, envers celle qui allait devenir ma femme… Jamais je n’avais cherché à savoir si un Dieu existait, encore moins s’il m’aimait. Mon indifférence envers Lui, Lui brisait le cœur.

J’ai cru ! J’ai accepté Jésus dans mon cœur et une immense joie m’a aussitôt envahi, ainsi qu’une paix que seul Dieu procure. Deux ans se sont écoulés après ma conversion, puis j’ai revu mon père qui venait de sortir de prison. J’ai choisi de lui pardonner. Dès que je l’ai vu, nous nous sommes jetés dans les bras de l’un et de l’autre et nous avons pleuré pendant de longues minutes sans lâcher notre étreinte. «Je te pardonne papa» : à ces mots mon père éclata en sanglots et je pouvais voir dans ces yeux de l’amour pour moi. Notre relation par la suite a eu des hauts et des bas, mais elle était vraie et profonde. Il y avait de l’amour entre nous et il fut un très bon grand-père. Il faut beaucoup de courage pour donner le pardon et beaucoup d’humilité pour le recevoir. Mais quand ces deux choses sont réunies, alors on assiste à ce que l’on peut appeler un miracle.

Mon père est maintenant décédé. Je remercie Dieu de m’avoir permis de construire une nouvelle relation avec lui. Je le remercie de m’avoir appris le véritable sens du pardon !


Pour en savoir plus sur la perspective chrétienne :

Mode d’emploi pour croire en Dieu, rencontrer Dieu

Share Button
Le pardon

Comment pardonner en 5 étapes

Le pardon

Culpabilité, honte : comment s’en défaire ?

Le pardon

Demander pardon

Le pardon

Pardon et colère

Mentions Légales — Copyright 2017 - Sevenside creation