Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ?

Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ?
Share Button

Pourquoi Jésus s’est-il écrié: « mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné? » Dieu aurait-il laissé mourir son prophète ?

Sur la croix, avant de mourir, Jésus eut plusieurs paroles, que les Evangiles nous rapportent :

« Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

(Evangile de Matthieu ch.27 v.46). Cette parole semble la plus énigmatique. Dieu aurait-il abandonné son envoyé ? Pourtant cette parole nous permet de comprendre la signification de sa mort.

Ce cri de Jésus est celui du Psaume 22:2, une annonce prophétique de sa venue. Rappelons-nous que la crucifixion a eu lieu pendant la Pâque juive et qu’à cette occasion on tuait un agneau pour obtenir le pardon des personnes.  Cet agneau préfigurait Jésus, l’Agneau de Dieu qui a versé son sang sur la croix pour notre pardon. A cet instant, le Dieu-le-Père l’a frappé pour nos fautes. Jésus a subi le jugement dans son corps, dans son âme et dans son esprit.

Jésus, portant en lui tout le péché de l’humanité, s’est alors retrouvé séparé spirituellement de son Père : « Celui qui n’avait pas connu le péché (=le mal), il(Dieu) l’a, pour nous, identifié au péché, afin que par lui nous soyons rendus justes(=innocents de tout mal) devant Dieu » (2ème épître de Paul aux Corinthiens ch.5 v. 21). C’est ce qu’on appelle la substitution du Christ envers nous.

Son cri est l’expression du sentiment de détresse qu’il a expérimenté au moment où lui, le juste qui n’avait jamais connu le mal en lui-même, s’est retrouvé porteur de nos fautes. Il a expérimenté la séparation d’avec Dieu qui est la nôtre, tant que nous restons éloignés de Dieu par notre attitude. Ce n’était pas un cri de révolte, ni un manque de confiance. Il dit « mon dieu », et non : « Dieu, qu’est-ce que tu fais !? ». Et cette séparation n’a duré qu’un instant, le temps pour Jésus d’accomplir sa mission, nous apporter le pardon de la part de Dieu :

« Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font »

(Evangile de Luc ch. 23 v.34). Sa pensée d’agonisant va vers ses persécuteurs, non pour les maudire mais pour les… pardonner ! Quel homme aurait cette faculté de pardonner ceux qui le torturent aussi injustement ? Le Fils de Dieu montra ainsi de quoi était capable la miséricorde de Dieu. Contrairement à ceux qui disent et ne font pas, Jésus a enseigné d’aimer ses ennemis et il l’a fait ! A cause de cette parole, ni les Juifs ni les Romains ne seront tenus particulièrement responsables par Dieu, de la crucifixion du Christ. Car en réalité, comme il l’a expliqué, nous sommes tous responsables de sa mort, puisqu’il est venu mourir à cause de nos propres fautes.

« Aujourd’hui, tu seras avec moi dans le Paradis »

(Evangile de Luc ch. 23 v.43). Après s’être occupé de ses ennemis, Jésus s’occupe d’un brigand crucifié à ses côtés. Celui-ci se repent de ses fautes et s’écrie : « Souviens-toi de moi quand tu seras dans ton règne !  » Jésus lui répond : « Aujourd’hui, tu seras avec moi dans le paradis« .
Cette parole confirme l’existence d’une vie après la mort. Elle confirme aussi la simplicité du salut : ce brigand ne pouvait rien faire pour se sauver ! Cloué sur la croix, avec une vie de meurtrier et de voleur sur la conscience, que pouvait-il espérer du Dieu saint ? Mais il y a une chose qu’il pouvait encore faire : se repentir et croire en Jésus ; ce qu’il fît… Et il reçût la promesse d’aller au paradis, aussitôt après sa mort.
Qui ne rêverait de s’entendre dire cette phrase avant de mourir ? Mais Jésus nous fait la même promesse : « Celui qui écoute ma parole et qui croit à celui qui m’a envoyé a la vie éternelle et ne vient pas en jugement mais il est passé de la mort à la vie » (Evangile de Jean ch.5 v.24).

« Tout est accompli »

(Evangile de Jean ch.19 v.30). Puis vient la fin et cette parole : elle n’est pas un râle de soulagement, mais un cri de victoire ! Matthieu précise que Jésus poussa un grand cri, ce qui était normalement impossible à quelqu’un qui n’avait plus que quelques filets d’air pour respirer. « Tout est accompli ! » : ces trois mots résonnent à mon oreille comme la plus grande victoire jamais obtenue : la condamnation que méritaient mes fautes a été subie par mon Sauveur. Il a été jusqu’au bout pour moi. Il a tout payé, toute la dette que j’avais, tout le mal que j’ai pu penser, dire ou faire. Mon salut est acquis et je n’ai plus qu’à le recevoir par la foi !

« Père, je remets mon esprit entre tes mains »

(Evangile de Luc ch.23 v.46). Ayant accompli toute sa mission du pardon de l’humanité, Jésus pouvait remettre son esprit au Père. Sa première parole dans les Évangiles avait été : « Ne savez-vous pas qu’il faut que je m’occupe des affaires de mon Père ?  » Et ses dernières sont : « Tout est accompli ! Père, je remets mon esprit entre tes mains« . Il ne succombe pas, il n’est pas emporté par la mort, mais il remet son esprit. Jésus n’est pas abandonné par Dieu : il meurt en pleine confiance en son Père.

Mais pas pour longtemps, puisque trois jours plus tard, il ressuscita des morts et se montra à des centaines de personnes.
Quelle naissance miraculeuse, quelle vie étonnante, quelle mort extraordinaire et quelle merveilleuse résurrection que celles de Jésus-Christ ! Qui d’autre que Dieu lui-même pouvait manifester tant d’amour à notre égard ?


Pour en savoir plus :

Mode d’emploi pour croire en Dieu, rencontrer Dieu grâce à Jésus Christ

Qui est Jésus : un dossier de plusieurs articles sur la vie, la mort et la résurrection de Jésus-Christ

Share Button
Dossier : Paroles de Jésus

Le seul chemin qui mène à Dieu : Jésus ?

Dossier : Paroles de Jésus

Paroles de Jésus sur la mort

Dossier : Paroles de Jésus

L’enseignement de Jésus sur la souffrance

Mentions Légales — Copyright 2016 - Furious creation