Dieu me donne la force de vivre avec un handicap

Dieu me donne la force de vivre avec un handicap
Share Button

J’avais 23 ans, j’allais démarrer dans la vie. Un camion m’a fauché : j’ai perdu ma jambe et mon bras gauches…

Voir la vidéo

Je suis né dans une famille chrétienne et j’ai grandi en allant à l’église tous les dimanches. Ainsi j’ai acquis une certaine  » habitude  » de Dieu, une foi naturelle qui était en partie due à mon entourage.

Puis j’ai pris conscience petit à petit de ce qu’était vraiment la conversion dont j’entendais parler lors de camps de jeunes : un choix personnel et conscient à faire. A plusieurs reprises j’ai fait un pas pour accueillir Dieu dans ma vie. Mais je m’attendais à une expérience forte, avec une explosion de joie immense, etc. Alors chaque fois que je faisais un pas avec Dieu, comme je ne ressentais rien, je croyais que ça ne marchait pas pour moi. Puis un jour j’en ai parlé et j’ai compris que Christ était mon sauveur, car je l’avais accepté et qu’il voulait être le Seigneur de ma vie ; je lui ai donné la direction de ma vie.

Un jour j’ai découvert un verset dans le Psaume 37 :  » Fais de l’Eternel tes délices et il te donnera ce que ton cœur désire. Recommande ton sort à l’Eternel, mets en lui ta confiance et il agira « . C’était pour moi une vision nouvelle de ma vie, une promesse et une espérance. J’avais 23 ans, j’allais terminer mes études, démarrer dans la vie et mon Dieu me disait que si je me confiais en lui, il agirait. ça m’a transformé.

Quelques temps plus tard, alors que je roulais en moto la nuit, j’ai été percuté par un fourgon. J’ai été transporté à l’hôpital où rapidement on m’a amputé de la jambe pour me garder en vie. J’ai aussi perdu l’usage de mon bras gauche. Les médecins ont pensé et dit à mes parents que je devais mourir. Mais ça n’a pas été le cas.

Comment est-ce que j’ai vécu ça en tant que chrétien ? Avant de partir j’avais prié Dieu pour qu’il m’accompagne. Cette nuit, 4 personnes qui m’étaient proches ont ressenti qu’il allait se passer quelque chose de grave pour moi. Mon frère et un copain ont rêvé tous deux que j’avais un accident et que je mourrais. Ma mère s’est réveillée au moment de mon accident avec une forte douleur au bras et enfin, ma sœur a ressenti une sensation désagréable, comme si le mal rodait.

Mais Dieu m’a gardé et a sollicité ma famille pour prier pour moi. Moi-même, je l’ai appelé. De suite après le choc je me suis retrouvé seul sur la route, pendant plus d’1/4 d’heure, dans un état critique. Alors j’ai appelé Dieu et puis on m’a retrouvé. A l’hôpital, ça a été les moments parmi les plus pénibles de ma vie pendant plusieurs mois. Mais j’avais quand même une paix intérieure et la présence de Dieu m’était perceptible.

Dès que j’ai repris conscience, j’ai vu briller une lueur à côté de mon lit et elle m’apportait une paix parfaite. J’avais alors la certitude que mon Dieu veillait sur moi et que mon avenir était entre ses mains. Cette lueur me disait :  » mon enfant ne crains rien, ni dans le moment présent ni pour le reste de ton existence « . Dieu ne m’a pas lâché.

J’ai passé 3 ans entre l’hôpital et le centre de rééducation et grâce à Dieu ma famille a été très présente ainsi que les amis. Pendant ces années de rééducation, j’ai subi plus de 20 opérations, j’ai fais plus de 20 essais de prothèse sans succès et j’ai dû attendre 5 années pour pouvoir marcher normalement. J’ai rencontré beaucoup de personnes dans les centres, j’ai vu des choses difficiles et certains de mes amis que je m’étais fait là-bas se sont suicidés par désespoir, suite à leur handicap. L’un d’entre eux m’a même dit un jour :  » et toi, pourquoi tu te suicides pas dans l’état où tu es ? « .

Un médecin du centre de rééducation racontait à une stagiaire que dans un cas comme le mien, après un tel accident et avec ce genre de séquelles, un suivi psychologique était primordial. Mais il a constaté que non seulement je n’en avais pas besoin, et qu’en plus j’étais un soutien psychologique pour beaucoup de patients.

Dans tout ça, Dieu est resté présent. Pourtant, aujourd’hui encore, rien n’est facile, au contraire. Mais lorsque je regarde à mon sauveur, celui qui m’aime et qui a un plan d’amour pour moi, même dans ma faiblesse, alors je suis rassuré et je retrouve la paix. Il me donne l’occasion d’encourager des gens autour de moi et pendant les camps de jeunes (je fais partie parfois du personnel), il me donne l’occasion de le servir.

Alors quel est le miracle de Dieu dans ma vie ? Celui de m’avoir gardé, de m’avoir protégé ? Oui, mais ce n’est pas le plus grand. Souvent on me dit :  » chapeau David, tu as su garder la foi dans cette épreuve « . Non, je n’ai pas gardé ma foi mais c’est plutôt Jésus, qui s’était engagé avec moi, qui a tenu son engagement, et c’est lui qui m’a accordé la foi dans cette épreuve, qui m’a accordé sa présence et son soutien.

Oui il a permis l’épreuve dont je ne serais jamais totalement délivré dans ma chair. Mais ça fait partie de la vie. Je sais que le plus important, ce ne sont pas les conditions de notre bien être social, financier, familial ou physique mais plutôt comment on utilise notre vie et comment on prépare ce qu’il y a après. Et pour ça c’est tout simple. Pas besoin d’avoir souffert, d’avoir vécu des choses particulières, pas besoin non plus d’être parfait ou exemplaire, non, il suffit d’accueillir Jésus dans notre coeur, de lui donner notre vie. Lui nous accepte comme on est. Quand on lui confie notre existence, qu’on le laisse prendre la direction de notre vie, lui il assure, même si parfois il y a des épreuves.

Les épreuves sont des moments difficiles que l’on rencontre au long de la vie. Ce feu ne doit pas nous brûler mais plutôt nous affiner, nous purifier. Nous devons traverser le feu et ne pas y succomber et ainsi l’épreuve devient un passage bénéfique. Si Dieu permet qu’elle nous arrive, c’est surtout pour l’utiliser pour nous, pour notre maturité et pour les autres. Alors l’épreuve ne doit jamais être subie et nous arrêter. Au contraire, elle doit nous pousser, nous transformer.

Il faut cesser de regarder à ce qui s’avance contre nous. Il faut regarder plutôt vers Celui qui est avec nous ! « Car Dieu donne la grâce et la gloire. Il ne refuse pas le bonheur à ceux qui marchent dans l’intégrité » (Psaume 84:12).


Pour en savoir plus sur Dieu:
Mode d’emploi pour croire en Dieu, rencontrer Dieu

Share Button
Thème : guérisons et vies changées par Dieu

Témoignages vidéos sur Dieu

Thème : guérisons et vies changées par Dieu

J’ai pardonné à mon père qui a essayé de me tuer

Thème : guérisons et vies changées par Dieu

Mon angoisse de la mort a disparu

Thème : guérisons et vies changées par Dieu

Miracle grâce à la foi d’un enfant

Mentions Légales — Copyright 2017 - Furious creation