La dépendance : comment arrêter ?

La dépendance : comment arrêter ?
Share Button

Si je sais pourquoi je suis devenu dépendant, je peux traiter la cause. Point de vue chrétien : Dieu peut-il m’aider à m’en sortir ?

Pourquoi devient-on dépendant ?

L’être humain ne peut se faire tout seul, il a besoin du regard de l’autre et de sa présence pour, à un moment, « exister » et se sentir exister à ses propres yeux. Nous sommes donc inter-dépendants des uns et des autres. Au delà de cet aspect psychologique nous sommes également dépendants de tout un tas d’éléments matériels pour vivre (logement, nourriture, travail, argent…).

L’être humain est donc multi-dépendant car multi-dimensionnel et il se nourrit à de nombreuses sources pour exister. Plutôt que de parler de « dépendances », mot qui revêt souvent un côté péjoratif, peut-être pourrions nous parler de « nourritures »… Et il est possible de se laisser prendre par un objet que l’on consomme. Je pense au fruit défendu dans le livre de la Genèse (voir Signification de la pomme d’Adam et Eve). Sans entrer dans un débat théologique, nous pourrions dire que cette image représente symboliquement le fait que nous pouvons nous laisser piéger avec l’idée que ce que nous consommons va nous faire exister.

Lorsque nous observons quelqu’un de dépendant à la drogue, au jeu, au sexe, au travail, à internet, à la nourriture, il semble que tout se passe comme si l’objet venait donner sens au consommateur. C’est comme si la personne avait perdu de vue qui elle est et attendait de cet objet « tout ». Celui-ci donne alors un sentiment de complétude, de rassasiement, de bien être furtif. Certaines personnes n’ont jamais été révélées à elles-mêmes et ne savent pas qui elles sont. Elles se cherchent désespérément; elles tentent de combler ce vide insupportable qui est en elle. Elles pensent alors que malgré les risques encourus, prendre une « drogue » (au sens de produit dont on dépend) est encore préférable plutôt que de faire l’expérience du « vide » tous les jours. Si l’on y réfléchit bien, personne n’est à l’abri d’une telle expérience parce que personne n’a été révélé à lui-même dans sa totalité.

Si je choisis une nourriture qui me conduit à l’enfermement, c’est peut-être aussi sans doute pour combler un besoin non satisfait, un besoin légitime, humain, terrestre. Si je choisis cette « drogue » c’est peut être parce que je n’ai pas trouvé d’autres solutions pour nourrir en moi un sentiment profond de dépression, de perte de sens à ma vie. L’être humain va faire l’expérience de la dépendance (mot pris au sens large) toute sa vie parce qu’il n’est pas Dieu et ne se suffit pas à lui-même. Je ne peux pas vivre en autarcie et c’est un mythe de le penser. Car oui, je suis un humain incomplet, parfois faible et vulnérable, parfois blessé, triste… C’est ma condition d’humain avec laquelle je dois composer tous les jours. En revanche quelle nourriture vais-je décider de prendre ? Une nourriture qui va me faire vivre, ou mourir ? Un verset de la Bible dit que tout est bon mais que tout n’est pas utile.

Dieu peut-il m’aider à rompre avec la dépendance ?

Dieu peut intervenir en m’aidant à trouver une nourriture saine qui va venir combler mon sentiment de vide. Cette nourriture, comme on l’a vu, doit être diverse et là encore multi-dimensionnelle (psychologique, affective, relationnelle, spirituelle…). Malgré ce que l’on peut croire, le plus grand des domaines carencés chez l’homme est souvent le domaine spirituel.

Je pense que Dieu veut nourrir toutes les dimensions de mon être mais pour cela il faut en tout premier que je le veuille, que je reconnaisse que je ne me suffis pas à moi-même. Dieu n’agit pas sans mon accord. Il faut aussi que je le cherche…Dieu se cherche puis se trouve… Il faut peut être renoncer à certaines choses dans ma vie pour voir Dieu, faire le tri et jeter ce qui peut cacher ma vision de Dieu… Il faut aussi être en mesure d’accueillir ce qu’il veut donner…et puis se laisser façonner par lui et donc lui faire confiance…et puis ensuite se réjouir ! Se réjouir de voir qu’il a agi et qu’il me comble.

Nous pouvons alors faire cette expérience paradoxale de se sentir exister et comblé malgré notre incomplétude et notre fragilité, malgré notre condition terrestre. C’est en cela que la nourriture spirituelle agit. Elle nourrit mon être intérieur mais je n’en reste pas moins un homme dans tout ce qu’il a de plus beau et de plus fragile.


Pour en savoir plus sur Dieu:

Mode d’emploi pour croire en Dieu, rencontrer Dieu

Share Button
Mentions Légales — Copyright 2018 - Sevenside creation