Je suis mort

Je suis mort
Share Button

Je suis mort. Bizarre de dire ça. Petite réflexion sur nos chemins de morts, et sur l’appel de Dieu à la vraie vie…

«Dis, est-ce que t’as déjà mouru ?» me demande l’enfant.
Pour me protéger, je veux répondre vite, rassurer ce petit, je veux le protéger d’une question d’adulte, des abîmes et des angoisses réservées aux adultes. Mon intelligence cherche à se rassurer sous prétexte de rassurer l’enfant.

«Est-ce que j’ai déjà été mort ?» C’est un peu étrange de demander à des vivants s’ils ne sont pas déjà morts une fois ou l’autre. Mais en fait, saviez-vous que c’est un peu ça, le message de l’Evangile ? C’est le retournement de nos valeurs quant à la vie et à la mort. Celui qu’on croyait mort est vivant. Jésus n’est plus là, le tombeau est vide. Et, inversement, ceux qui se croyaient vivants s’aperçoivent qu’ils étaient comme morts, spirituellement morts…

Reconnaître qu’on est mort, c’est vital

Tous les mouvements de notre cœur, les miasmes de notre ventre nous font croire que tout ça bouge, et que tout ça est bien vivant. Mais spirituellement…qu’en est-il ? Peut-être y a-t-il quelque chose en nous qui refuse ce constat ? Ce n’est jamais plaisant de remuer la terre au fond de sa tombe.
Ne sommes-nous pas morts quand nous fermons nos frontières, celles de notre cœur ou celles de notre pays, pour vivre repliés sur nous-mêmes dans le tombeau d’une nation étroite ou d’une existence étriquée ?

Ne sommes-nous pas morts quand nous sommes capables de dépenser plus de mille euros par jour pour un malade ici, quand à Kinshasa, Brazzaville ou Dehli, cette somme ressusciterait un hôpital entier ?

Ne sommes-nous pas morts quand nous dressons tous les préparatifs d’une guerre civile avec nos prisons pleines et nos jeunes sans espérance ?

Ne sommes-nous pas morts enfin quand le pardon, qui devrait être notre mode de vie, est rangé sur l’étagère des souvenirs lointains ?

Réaliserons-nous à quel point nous sommes morts ?

Pour autant, au moment même où cette «mauvaise nouvelle» nous rejoint au coeur, alors résonne l’autre annonce, celle de la vraie vie pour toujours ! Sors de ton tombeau, l’ami ! Dieu t’appelle au dehors : «Réveille-toi, toi qui dors. Lève-toi du milieu des morts et le Christ t’éclairera de sa lumière.» (Epître de Paul aux Ephésiens ch.5 v.14)

La résurrection de Jésus n’est ni un concept théologique ni encore une croyance. 

La résurrection, c’est un saut, c’est un bond, c’est une puissance de Dieu dans notre faiblesse. C’est un cri de joie, c’est un enthousiasme, c’est un cœur qui bat. Et surtout, c’est maintenant, pour tous les « morts » qui veulent bien entendre l’appel de Dieu. C’est maintenant simplement parce que c’est urgent; ça l’était déjà hier !

Merci à toi, l’enfant, de m’avoir précédé et conduit dans la pensée de Dieu, avec ta question impertinente et pertinente.


Pour en savoir plus sur Dieu :
Mode d’emploi pour croire en Dieu, rencontrer Dieu

Share Button
Mentions Légales — Copyright 2018 - Sevenside creation