Sectes : les raisons de leur succès

Sectes : les raisons de leur succès
Share Button

Décryptage des façons d’opérer des sectes. Une interpellation à ne pas se laisser avoir, mais à rechercher ailleurs la solution aux questions spirituelles

Aussi surprenant que cela paraisse, les sectes recrutent dans tous les milieux socioprofessionnels et ne séduisent pas seulement des victimes fragiles, non-instruites ou désorientées. Eh oui, on y rencontre même des Tom Cruise ruisselant de gloire et de beauté ! Mais alors qu’est ce qui peut pousser quelqu’un à se perdre dans une secte ? Qu’est ce qui le pousse à dissoudre son identité et à abdiquer tout esprit critique ? Quelles besoins les sectes prennent-elles en charge pour fleurir à ce point et de quels moyens se dotent-elles pour y parvenir ?

A quels besoins répondent les sectes ?

«Il y a dans le cœur de l’homme un vide en forme de Dieu» disait Pascal et les sectes exploitent à merveille cette béance universelle. En cela, les personnes qui se prennent dans les filets sectaires ne sont en rien différentes des autres ! Et c’est peut être cela qui nous effraie le plus…Les sectes savent exploiter finement ce qui fait le tissu de notre humanité :

1. Besoin d’appartenance
2. Besoin tribal de conformité…
3. … et pourtant désir de distinction (d’appartenir à une aristocratie spirituelle).
4. Besoin d’amour paternel (besoin de prise en charge par un substitut du père et besoin d’un accueil, d’un amour inconditionnel).
5. Besoin d’amour fraternel (chaleur communautaire).
6. Elles offrent dans le groupe un cadre de sécurité, d’utilité et de promotion interne (surtout en cas d’échec social, la secte offre une seconde chance, rédemptrice).
7. Enfin, elles comblent, à leur manière, la béance spirituelle et morale de l’homme sans Dieu, en répondant au besoin de sens et d’espérance laissé vacant par nos sociétés matérialistes et postmodernes.

Comment y répondent-elles ?

Si les sectes s’offrent de prendre en charge nos besoins relationnels et spirituels, elles le font cependant à leur façon, taillant un costume à la vérité et offrant du prêt-à-porter spirituel, du prêt-à-penser.

Caricature de spiritualité…Mais spiritualité confortable et attrayante au premier regard. Les sectes offrent dans leur panoplie un confort intellectuel séduisant par la démagogie de la simplification (grille de lecture binaire du monde) et un confort moral apaisant par une prise en charge existentielle, souvent préférable à l’angoisse de la liberté et au fardeau des choix.

Pour arriver à leurs fins, elles développent des techniques éprouvées de manipulation mentale (séduction, culpabilisation, menace, mobilisation, promesses de développement et de salut élitiste). A la faveur d’une stratégie de rupture et de prise en charge globale, elles prennent le contrôle de l’information et parviennent à remodeler l’identité de l’adepte. Celui-ci va progressivement s’enfermer dans une prison sociale et mentale et être rendu conforme pour le service-sévice communautaire.

Préfiguration de leur offre de paradis, le visage que doit offrir la communauté au nouveau venu doit être celui d’une carte postale, véritable échantillon publicitaire. Pour cela la secte va encourager subtilement ses adeptes à se parer d’un masque de vertu et de bien être. Et le réflexe universel de mimétisme va faire le reste. Le nouveau venu va se conformer à cette mascarade communautaire, jouer sa partition, se raconter une histoire à lui-même par la puissante vertu de l’auto-suggestion et va éprouver pendant un temps un réel bien être dans la fréquentation de cette oasis.

Mais gare aux lendemains qui chantent…Le contraste entre la réalité feinte et la réalité vécue intérieurement va ajouter à la souffrance et à la solitude de l’adepte.
L’en(tre)prise sectaire achève de tisser sa toile en développant la crainte du rejet. Elle exacerbe une logique de loyauté et de surveillance mutuelle permanente. Et si la prise en charge des besoins fondamentaux susnommés entre inévitablement en conflit avec des besoins plus élevés (dignité, autonomie), un sentiment paralysant de dépendance au groupe se créé, face à un monde extérieur étranger et menaçant. La perspective de quitter le groupe devient alors difficile…

Mauvaises réponses…Mais si la question était bonne ?

L’emprise sectaire nous menace, nous inquiète mais nous interroge en même temps. Derrière sa prise en charge abusive et caricaturale des hommes, ne pointe t-elle pas le fait que la modernité et son cortège de matérialité ne saurait assouvir les besoins spirituels de notre humanité ? Les réponses sectaires sont certainement mauvaises et tortueuses mais si la question posée était bonne ? Et si quelqu’un pouvait répondre véritablement aux besoins les plus profonds de notre humanité tout en la respectant pleinement ?

Nous aimerions vous laisser en vous offrant une fenêtre d’espoir par le témoignage de Myriam Declair qui est parvenue à s’extirper des griffes de la secte des « enfants de Dieu » (voir son témoignage) Elle a su, malgré les blessures infligées par l’homme, persévérer dans sa quête de sens, de spiritualité, en se posant inlassablement les bonnes questions. Elle a su se reconstruire par la foi en Dieu et croire encore. Croire en la vie et rencontrer l’Auteur de la vie.


Pour en savoir plus :

Dossier « grandes religions »

Dossier « le christianisme »

Mode d’emploi pour croire en Dieu, rencontrer Dieu grâce à Jésus-Christ

Share Button
Mentions Légales — Copyright 2018 - Sevenside creation